top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurNils Nordberg

Les cinq sens en événementiel

Dernière mise à jour : 30 mai

Pendant nos études, M. Racenet était notre professeur à David et moi-même en « histoire de l’évènementiel », une matière peu commune. Avec lui nous avons découvert de nombreux lieux historiques de Paris notamment l’Opéra Garnier et le Musée Jacquemart André. Il nous parlait d’Histoire avec un grand H, des leçons à en tirer et de la mise en valeur du patrimoine en événementiel.  Quatorze ans plus tard, la part de son enseignement qui reste ancré en nos mémoires et dont nous nous servons régulièrement est la thématique « des Cinq Sens » à travers l’analogie de l’église Baroque. Voici un peu d’histoire !

Cinq pictogrammes représentant les cinq sens

Fin du XVIème, l’église catholique est en crise. La Réforme Protestante menée par Luther et Calvin progresse à travers l’Europe. Elle dénonce la corruption de l’Église Catholique, spécialement le commerce des indulgences (en gros la vente de tickets offrant le pardon de Dieu pour un péché). Elle prône un retour aux sources religieuses, souhaite remettre les textes bibliques (désormais traduits en langues communes) au centre de la religion, un genre de purge d’austérité de l’église. Ces idées se répandent comme une traînée de poudre grâce à l’imprimerie récemment inventée.

 

Bref, l’Eglise Catholique sent le vent tourner.

 

Un exemple d'église Baroque avec une foule de détails, moulures, peintures etc

Elle se retrouve face à trois choix :

 

1) Ne rien changer, au risque de perdre de plus en plus de fidèles.


2) Copier l’Eglise Réformiste, mais ce serait reconnaître que l’Eglise Catholique avait de mauvaises pratiques…


3) En faire des caisses pour bien se distinguer et en mettre plein les mirettes aux fidèles et les conserver.

 

La troisième solution est choisie. La Contre-Réforme est lancée et le « style baroque » va naître.


Les cinq sens du fidèle sont mis en éveil violemment et simultanément :

 

1) La vue :

Le sens le plus sollicité, Wikipédia vous le décrira mieux que nous :


« l'architecture baroque est caractérisée par l'opulence ; les nefs s'élargissent et adoptent même des formes rondes.

 

Les architectes n'hésitent pas à avoir recours à une ornementation « à outrance », multiplient l’usage des faux marbres et du stuc de couleurs différentes ; les sculptures d’anges joufflus et moqueurs, souvent dorés, sont omniprésentes ; les fresques couvrent l'intégralité du plafond et « ouvrent » très souvent l'espace en y plaçant un ciel, donnant l'impression d'une architecture à ciel ouvert.

 

L'usage du clair-obscur et des jeux de lumière : les baies s'élargissent et inondent les espaces de la lumière du jour et, typiquement, le maître-autel des églises s'élève en contre-jour. »

 

Plus besoin d’écouter la messe, on peut se perdre pendant des heures à regarder l’ensemble des détails de l’église.


Une fumée s'évade d'un encensoir en suspension dans une église

2) L’ouïe :

La prédication, les prières, les chants résonnent et s’élèvent dans les travées de l’église.

 

3) L’odorat :

L’odeur des cierges et surtout de l’encens emplissent et titillent les narines.

 

4) Le toucher :

Rejoint la vue dans le sens où l’ensemble des sculptures arrondies invite le fidèle à toucher de la main saints, anges ou colonnes de marbre coloré.

 

5) Le goût :

L’hostie n’est pas un mets très savoureux mais le vin fait toujours son effet. Qui plus est quand il s’agit du corps et du sang du Christ !


Le plafond bleu et les murs colorés d'une église baroque

Ça peut paraître trivial aujourd’hui mais à l’époque, les gens avaient peur de terminer en enfer après la mort et la religion était une partie intégrante de la vie. La majorité de la population était analphabète et passait sa vie à travailler. Elle n’allait pas au théâtre ni au concert. Il n’y avait pas de cinéma ou de Netflix. Le dimanche à l'église était un jour important. Et avec le Baroque la messe devient un spectacle grandiose, du jamais vu. Imaginez l’émotion que pouvait ressentir un fidèle. Le mot subjuguer a certainement été inventé à ce moment-là !

 

Vous avez lu patiemment jusqu’ici, et vous nous dites « mais bon sang, quel est le rapport avec l’événementiel ?? ».

 

Et bien, penser un événement en termes « des cinq sens » est une excellente façon d’en faire une réussite, la check-list idéal en quelque sorte !


De nombreuses tables sont dressées pour un événement nocturne au milieu d'arbre, éclairées par des guirlandes de lupiotes.

1) La vue :

 

Commençons par le commencement : le lieu. Il faut un cadre exceptionnel. Une vue panoramique fonctionne toujours, l’inattendu tout aussi bien comme un lieu caché, en rupture avec ce qui l’entoure.

 

Nous pouvons ensuite réfléchir à une décoration et/ou un habillage lumineux pour mettre en valeur le lieu ou, à l’inverse, détourner son aspect originel pour ajouter y ajouter la touche thématique.

 

Enfin le « dress code » imposé aux invités de l’événement contribuera à l’atmosphère et à l’homogénéité visuelle de l’événement.


2) L’ouïe :

Un guitariste et un percussionniste jouent de la musique pour les convives d'un événement

Nous pensons tout d’abord à la musique : Un DJ, un groupe live ou même un orchestre pour rythmer l’événement et transmettre des émotions.

 

Un fond sonore peut aussi offrir une immersion forte. Des sons de jungle sur un lancement produit à thématique tropicale par exemple.  

 

Bien sûr des sons naturels liés à la localisation du lieu sont imbattables en termes d’authenticité à l’instar du bruit des vagues contre les galets ou du chant des cigales dans le Sud de la France

 

3) L’odorat :

 

Un aspect plus difficile à intégrer à un événement mais plus intéressant. En effet l’odorat est intimement lié avec la mémoire

 

Des idées en vrac : un lieu en pleine nature, une fabrique de parfums, des bougies odorantes, un diffuseur d’odeur, un stand olfactif ou de dégustation d’alcool. Attention aux faux pas lavande des toilettes !

 

Un énorme buffet dressé à la mode du "grazing".

4) Le toucher

 

Prendre en compte les matériaux du lieu et du mobilier : vieille pierre, bois, bambou, cuivre, métal, cuir, velours. Donnons envie de toucher !

 

En allant plus loin, nous pouvons proposer un stand où il faut mettre la main à la pâte. Avec la mode du « Do It Yourself », une animation manuelle fonctionne généralement bien. Nous avons souvenir d’un atelier de ponçage puis de peinture de sa propre petite planche de skateboard en bois particulièrement efficace.


5) Le goût

 

Il nous faut évidemment un traiteur et de la restauration de qualité.

 

Le goût peut se coupler très efficacement avec la vue. Une fontaine à chocolat ou un plat bien présenté réveillera l’envie et la gourmandise chez quelqu’un avant même d’y goûter !

 

Il est important dans notre réflexion que les cinq sens travaillent en harmonie pour donner un ensemble cohérent et SUBJUGUANT.

 

En conclusion, nous n’avons pas la prétention de raconter cette histoire/théorie événementielle aussi bien que M. Racenet. Il nous a hélas quitté depuis. Nous espérons qu’il ne nous en voudra pas trop pour d’éventuels oublis. Merci à lui pour ses enseignements et anecdotes savoureuses.


Et vous, utilisez-vous les cinqs sens lors de vos événements ?

Un visuel psychédélique représentant les cinq sens avec des main, des oreilles, des yeux, des bouches et des nez ainsi que beaucoup de couleurs.

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page